Rendez-vous de 8h à 20h
Boulevard Malesherbes 75017 PARIS
Tél. 01 42 67 48 92

Manque de confiance en soi ou d’estime de soi

« Je viens vous voir parce que je manque de confiance en moi » ou « parce que je me rends compte que quelque chose ne va pas chez moi » est l’une des premières phrases très souvent prononcée par une personne venant consulter. Paradoxalement, ce vacillement ou ce doute sont rassurants car ils relèvent de la normalité psychique (au sens où ils procèdent des effets normaux de l’inconscient), et indiquent la possibilité de mouvement dans un travail sur soi. C’est ce que la psychanalyse appelle la « division subjective ». Pour autant, cette mise en question n’en est pas moins douloureuse, parfois paralysante, car elle est porteuse de beaucoup d’angoisse, voire de sentiments dépressifs (à ne pas confondre avec la dépression), comme le découragement ou les auto-reproches.
Pour la psychanalyse, il est inutile et même nuisible, car illusoire, de chercher aveuglément à « regonfler l’ego » d’une personne, au lieu de chercher ce qui se joue dans la question de cette personne, car le manque de confiance en soi, tout comme l’angoisse en général, sont un précieux signal d’alerte nous signalant que quelque chose ne va pas, que nous ne vivons pas en harmonie avec notre histoire, notre pensée, notre désir. Ignorer ce conflit intime, le recouvrir par des consolations standards, toujours éphémères, ou des méthodes de conditionnement de la pensée, du type « pensée positive », finissent toujours à terme par renforcer l’angoisse.
Parler à un(e) psychanalyste permet d’abord de faire émerger la vraie question que cache la souffrance du manque de confiance en soi. De là, s’ouvre pour la personne la possibilité d’un réaménagement de sa position subjective : quelque chose peut bouger dans sa manière de voir le monde et de se voir elle-même, dans ses relations aux autres, dans ses modes de pensée, d’action et de défense. Au cours de ce travail, qui ne dépend pas forcément d’un temps très long mais plutôt d’une manière de le conduire, arrive toujours un moment où l’angoisse, initialement appelée « manque de confiance en soi », tombe.

Retour